Syndicats affiliés :
AccueilActualités régionalesLe SIIIEQ-CSQ exige des gestes concrets du CISSS Gaspésie

Le SIIIEQ-CSQ exige des gestes concrets du CISSS Gaspésie

31 janvier 2017

Le Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l'Est du Québec (SIIIEQ-CSQ) accueille positivement le rapport d’intervention au Centre intégré de santé et de services sociaux de la Gaspésie (CISSS) déposé aujourd’hui par le Protecteur du citoyen et presse la direction de rétablir les postes abolis le plus rapidement possible pour corriger la situation.

Un dossier noir qui a porté fruits

“Ce rapport démontre le sérieux du dossier noir que nous avons rendu public en juin dernier et confirme le bien-fondé des plaintes du syndicat à l’origine de l’enquête. À plusieurs reprises, le SIIIEQ-CSQ a alerté les membres du conseil d'administration pour les sensibiliser au fait que la diminution du personnel, les fermetures de lits, les fusions de centres d'activités, avaient des impacts directs sur les soins aux patients. Malheureusement les administrateurs sont demeurés sourds à nos mises en garde ”, déplore la présidente du SIIIEQ-CSQ, Micheline Barriault.

Des plaintes non prises au sérieux

La leader syndicale trouve inadmissible que le SIIIEQ-CSQ ait dû s’adresser directement au Protecteur du citoyen pour que le CISSS Gaspésie daigne prendre au sérieux ses récriminations. “ Nos membres sont aux premières lignes de la dispensation des soins et services dans les établissements de la région et ont à coeur le bien-être des patientes et patients. C’est dans cet esprit qu’ils ont soulevé leurs inquiétudes légitimes devant la dégradation de la qualité des services causés directement par les coupures et compressions ”, rappelle Micheline Barriault.

Une réaction de l’employeur insuffisante

Dans ce contexte, la présidente du SIIIEQ-CSQ demeure prudente devant la réaction de la direction du CISSS Gaspésie à la suite du dépôt du rapport : “ Je suis sceptique sur leur volonté réelle de corriger la situation, alors que nulle part dans leur communiqué de presse il n’est question de réinvestir ou de rétablir les postes abolis. On ne parle que de revoir les mécanismes en place pour améliorer nos pratiques et d’approches d’amélioration sans mentionner nulle part qu’il faut augmenter les ressources. Pourtant, c’est là le vrai problème. On a beau revoir les façons de faire, mais si le personnel n’est pas plus nombreux, les patients ne recevront pas plus de services ”, dénonce Micheline Barriault.

Doutes sur l’ouverture patronale

D’autre part, la présidente du SIIIEQ-CSQ émet de sérieux doutes sur le désir du CISSS à vouloir travailler avec toutes les parties pour améliorer les choses. “ À partir du moment où l’employeur s’entête à maintenir ses coupes et compressions, on ne peut pas parler d’ouverture significative de sa part à vouloir travailler avec les parties impliquées. Pour notre part, nous allons insister pour parler des vrais problèmes et multiplier les pressions sur la direction pour qu’elle ne se défile pas de l’application des recommandations du Protecteur du citoyen ”, conclut la présidente du SIIIEQ-CSQ, Micheline Barriault. 

Pour consulter le rapport du Protecteur du citoyen, cliquez ici.

Fédération de la santé du Québec - CSQ

9405, rue Sherbrooke Est
Montréal (Québec) H1L 6P3

Téléphone : (514) 356-8888
Télécopie : (514) 667-5590

Courriel : fsq@csq.qc.net

Questions et commentaires

© 2010 fédération de la santé du Québec
Tous droits réservés